Portrait d’un connu: Dju tattoo

Bonjour à tous,  j’espère que tout se passe bien pour vous,  si ce n’est pas le cas, arrêtez tous ! Allez vous prendre votre boisson préférée, installez vous confortablement, je vais vous présenter un petit rayon de soleil. C’est sous un bonnet de laine qu’il se cache,  Dju tattoo, 1, 65m d’énergie positive et de sourire teinté d’un soupçon de blague et de taquinerie. Il m’est impossible de résumer son parcours, motocross, art, cuisine, journalisme, tatouage, elle a vécu plusieurs vies, toujours animée  par l’envie de faire ce qui lui plaît.

J’ai eu l’occasion de l’interviewer pendant que mon bras se remettait du tatouage.

– Un Gars Dans La Rue :

Bonjour ! Commençons en douceur avec une question plutôt simple: Quel a été le premier métier que tu as voulu faire ?

Dju tattoo : 

Médecin légiste, je ne sais pas si je peux donner les raisons mais j’étais très curieuse sur le principe de « faire mal sans faire mal ». C’était de  rentrer dans la sensibilité de quelqu’un, sans qu’il ait de retour négatif de sa part, qui me fascinait, il n’y avait rien de médical (rire).

– UGDLR :

Ok ! au final en devenant tatoueuse, tu es restée proche de ton rêve d’enfant, sauf que les tatoués acceptent la douleur alors que les morts ne la ressentent pas.

 Maintenant je vais te donner trois mots et à chacun d’eux tu répondras par la première idée qui te passe par la tête :

chez toi / travail/ colère.

– Dju tattoo :

Chez toi, plaisir, rare!

– UGDLR :

Le travail  et plaisir, c’est drôle c’est la deuxième fois que l’on donne cette réponse.

Dju tattoo:

Ah ouais, j’aurais dit que c’est plutôt rare. Peu de personnes sont épanouies dans leur travail j’ai l’impression ?

UGDLR:

Oui effectivement, la deuxième personne était aussi dans le domaine de la création, je pense que c’est lié. Les métiers créatifs ne sont pas perçus comme des boulots en soi, même si ils ont leur dose de labeur quotidien. Mais je pense que la réponse à ce mot changera si je change de milieu professionnel.

  Maintenant imagines que j’ai le pouvoir de te donner la capacité de t’adresser à l’humanité tout entière, que leur dirais-tu?

– Dju tattoo :

Un mot plaisir,

je dirais à chacun de savourer  ce  qu’il  fait, qu’ils n’aient pas peur d’entreprendre.

– UGDLR :

Je pense que lorsqu’on se met à entreprendre, que ce soit un rêve, un projet ou un travail, on a cette sensation « de grandir »  étape  par étape grâce à notre travail. Une grande part de la confiance en soi, vient de cette capacité à progresser, et je crois que c’est justement ça qu’il faudrait enseigner, la soif d’entreprendre.

Maintenant que tu es un connu, les humains t’acclament haut et fort, quel serait ton futur idéal ?

 – Dju tattoo :

Mon futur idéal serait de pouvoir tatouer ce dont  j’ai vraiment envie, ne pas être  limitée à reproduire des tatouages déjà vu,  mais ouvrir les personnes à la création pure, les accompagner dans la création d’un tatouage propre. Je pense c’est que cherche chaque artiste.

– UGDLR :

Dernière question, ma préférée. Tu as la possibilité de poser une question à la prochaine personne que j’interviewerai, quelle serait cette ultime question?

Sachant que la dernière personne que j’ai interviewée a demandé : Quel est l’accomplissement dont tu es le plus fier dans le domaine artistique ?

 -Dju tattoo :

En termes de peinture, qu’Yann Black m’achète une toile. Je le considère comme un aîné, j’ai eu la chance qu’il me fasse exposer chez lui. Actuellement  je sais que mon œuvre,  » mr jack »,  est dans la chambre de sa petite fille.  Ce qui est drôle c’est que le tableau est un peu dark et enfantin. Après dans le domaine du tatouage, ma plus belle réussite c’est le premier  tatouage. C’est lui qui m’a fait entrer dans le milieu. Les premières fois sont importantes car initiatrices, c’est pour cela qu’il ne faut jamais les oublier.

Pour la question du prochain interviewé,  ou de la prochaine interviewée : Connais-tu la chanson TEGAN and SARA?

– UGDLR :

Original comme question, je crois que je ne la connais pas non plus. Je pense que je vais la télécharger, ce sera comme ton cadeau au prochain inconnu(e)

Merci encore Dju tattoo…

 Le Facebook de Dju tattoo si vous voulez suivre son travail : ici

Si vous voulez découvrir le travail de Yann Black: ici

et voici le Black Bird tattoo, le salon de Dju: ici

Suivez-nous sur Facebook !