Cuba, une odyssée africaine – Partie 1

Documentaire sorti en 2007.

En cette année commémorative du 40e anniversaire de la mort du Che, Jihan El-Tahri retrace trente ans de guerre froide sous un angle neuf : l’engagement de 500 000 Cubains venus aider les pays africains à briser le joug colonial.

 

1ère partie

On appelait « internationalistes » les combattants cubains engagés sur les fronts de la guérilla en Afrique et en Amérique latine. Dans les années 60, les interventions en Afrique ont été nombreuses, mais restent méconnues. C’est au Congo, peu après l’assassinat du leader indépendantiste Patrice Lumumba, que Che Guevara reprend le maquis pour prêter main-forte aux rebelles. Opérant sous une fausse identité (« Tatu« , un prénom swahili), le guérillero, secondé par une centaine de Cubains noirs, tente, en 1965, de faire tomber le pouvoir « néocolonialiste » installé à Kinshasa. Cette première aventure se solde par un fiasco militaire. Mais un an plus tard, La Havane s’attaque au maillon faible de l’empire lusophone, la Guinée, et fournit un soutien technique aux troupes d’Amilcar Cabral, dont la lutte aboutit à l’indépendance du pays en 1974.

 

Ni pétrole ni diamants

Cinq cent mille Cubains se sont engagés dans les guerres de libération africaines au nom de l’idéal anticolonialiste, et dix mille d’entre eux sont morts au combat. Comme le raconte Jorge Risquet, « l’homme au cigare » des négociations du Caire, « nous n’avons ramené d’Angola que les corps de nos camarades, pas de pétrole ni de diamants« . En donnant la parole à ceux qui ont contribué à écrire l’histoire, Jihan El-Tahri offre une vision inédite du continent africain. Tout l’art de la cinéaste consiste à faire dialoguer les acteurs et les témoins directs des conflits avec les archives filmées, souvent exceptionnelles. Cette odyssée aurait pu sombrer dans l’historiographie ou l’hagiographie. Elle est au contraire un film d’histoire directe. Passionnant.

 

 

 

 

Suivez-nous sur Facebook !

asnieb