Quand l’art repart de ZERO

Synopsis Arte : « C’est en 1957, à Düsseldorf, que les artistes allemands Heinz Mack et Otto Piene (disparu en juillet dernier) jettent les bases de l’un des plus importants mouvements d’avant-garde de la seconde moitié du XXe siècle. Pour les fondateurs du groupe ZERO, il s’agit de faire table rase d’une histoire nationale chargée de culpabilité, et des destructions matérielles, sociales, culturelles et morales liées à la Seconde Guerre mondiale. En utilisant des jeux de lumière et de mouvement, et en travaillant sur les matières et les couleurs, ce groupe informel aspire à un renouveau salutaire. Bientôt, sa renommée dépasse les frontières allemandes, s’enrichissant de collaborations avec des géants de l’art contemporain comme Yves Klein, Jean Tinguely ou Piero Manzoni. Malgré la dissolution du groupe en 1966, sa philosophie singulière perdure à travers les sculptures et le « sky art » d’Otto Piene, ou encore les œuvres d’artistes comme Olafur Eliasson, qui jouent avec la lumière, l’eau et d’autres substances éphémères telles que la glace. À partir de témoignages d’historiens de l’art et d’artistes clés du mouvement, Anna Pflüger et Marcel Kolvenbach proposent une rétrospective fouillée de ce mouvement à la portée esthétique autant que politique. »

+

+

+

+

Suivez-nous sur Facebook !

asnieb