Les limites de la connaissance physique

Ce petit article accompagné d’une vidéo complète et extrêmement enrichissante est fait pour ceux qui veulent se briser quelques neurones en cette période estivale… ou ceux qui s’ennuient aussi.

***

 

LES LIMITES DE LA CONNAISSANCE PHYSIQUE

Il n’est pas indifférent que dans ce cycle de conférences sur « tous les savoirs », la question des limites de la connaissance n’ait été posée qu’à la physique. C’est sans doute son statut implicite de science modèle qui lui vaut cet honneur. C’est aussi que, depuis le début du vingtième siècle, la physique s’est à elle-même posé la question.  » L’homme devrait garder son humilité devant la nature puisque la précision avec laquelle il peut l’observer rencontre des limitations intrinsèques.  » Ainsi l’Encyclopædia Britannica conclut-elle son article sur le « principe d’incertitude » de Heisenberg.

De fait, la révolution quantique a donné lieu à d’abondantes exégèses sur ce thème : l’impossibilité de mesurer à la fois la position et la vitesse des corpuscules signalerait une limite absolue de nos connaissances. La Nature elle-même refuserait de se laisser dévoiler, et notre science la plus avancée buterait ainsi sur des frontières infranchissables. L’impossibilité de dépasser la vitesse de la lumière, mise en évidence par Einstein, a été interprétée dans la même veine : nous ne pouvons savoir ce qui s’est passé sur le Soleil durant les huit dernières minutes, faute qu’aucun signal ne puisse nous en prévenir.

Mais avec un recul de quelques décennies, cette conception résignée, traduite par des vocables qui paraissent aujourd’hui pour le moins inadaptés (relativité, incertitudes), a perdu sa pertinence. Loin d’imposer des bornes à notre savoir, ces découvertes ont au contraire permis à notre compréhension de considérables progrès, en réorientant nos conceptualisations et nos interrogations. Elles ont montré l’inadéquation au réel de nos formulations antérieures. Si certaines questions ( » Que se passait-il sur le Soleil il y a deux minutes ? « ,  » Où est l’électron et à quelle vitesse va-t-il ? « ) n’admettent pas de réponses, c’est qu’elles sont dépourvues de pertinence. De même, la question  » Qu’y a-t-il sur la Terre à 30.000 kilomètres au Sud de Paris ?  » est-elle rendue caduque par la rotondité de la Terre et la connaissance de sa circonférence (40.000 kilomètres) ; dira-t-on pour autant que cette découverte impose une limitation à la géographie ?

Les mutations théoriques de la physique du vingtième siècle n’ont nullement découvert des limites intrinsèques à notre connaissance scientifique, mais, bien au contraire, lui ont ouvert de nouveaux espaces. En témoigne l’approfondissement considérable de notre maîtrise, intellectuelle mais aussi matérielle, du monde quantique.

 

 

 

 

 

Suivez-nous sur Facebook !

asnieb